foot65.jpg

Menée de deux buts à dix sept minutes du coup de sifflet final, la réserve de l’Elan Pyrénéen a trouvé les ressources mentales pour aller arracher une victoire inespérée. Si le coup est dur pour des Galanais méritants, les hommes de Manas ne sont plus qu’à un succès du titre de champion d’Excellence… (par Puk)


Galanais et Bazétois nous ont offert un match à suspense.

Galanais et Bazétois nous ont offert un match à suspense.

LE CONTEXTE
Ce match relevait d’une importance capitale pour les deux équipes. D’une part, on avait Galan qui n’a plus gagné un match depuis la troisième journée et qui se retrouvait à l’aube de ce match à l’avant dernière place. En cas de descente d’Aureilhan de promotion ligue, cette place sera synonyme de descente en première division. De l’autre côté, le leader se présentait sur une pelouse qui lui a guère réussi par le passé. Une victoire serait un grand pas vers le titre mais ils étaient nombreux à guetter un faux pas du leader.

LE MATCH
L’Elan Pyrénéen sera la première équipe à se mettre en piste dés la cinquiéme minute par une frappe d’Helip consécutive à un long dégagement aérien de Tisnés mais Lafont est à la parade. Longtemps, le jeu permettra au maigre public d’observer les étoiles. C’est sur un de ses longs ballons, que personne n’arrivera à dévier, que Galan trouve le poteau à la vingtième minute. Puis sur deux corners, les locaux sont tout près d’ouvrir la marque notament grâce à une tête de Soubie. L’Elan Pyrénéen se rebiffe par ses deux pointes d’attaques Hélip et Gargallo mais ils ne trouveront que les gants du portier.

Menés 2 – 0 à 17 minutes de la fin

A la reprise, les locaux passent la vitesse supérieure. Ils ouvrent le score sur un long coup franc dévié du bout du pied par le jeune Kanté…. . A l’heure de jeu, le protégé de Daniel Labarre réussi le doublé, profitant d’une incompréhension entre Borrego et Arabat. Le leader est dans les cordes. Le jeu et les esprits se tendent. Une gentille échauffourée éclate entre les deux camps. Elle sera le point de départ de la révolte des visiteurs. Avec un kick and rush de rigeur et quatre joueurs à vocations offensives, l’Elan Pyrénéen va alors réaliser l’impensable. Chiki perfore la défense et se voit attribuer un penalty. La capitaine Manas prend ses responsabilités. Cinq minutes plus tard, le remuant Boulho bien servi par Benne égalise. Le pauvre Lafont étant délaissé par sa défense sur ce coup là. Quelques minutes plus tard, le même Boulho s’arrache dans la défense. Sa frappe est repoussé par le gardien dans les pieds de Chiki qui ne laisse pas passer l’occasion permettant au clan de l’ELPY de verser dans la folie collective. Sonné, Galan tentera le tout pour le tout et bombarde la surface adverse. En vain.

Galan a encore son destin dans les pieds

Ce match est un reflet parfait de cette saison d’excellence. Un Elan Pyrénéen aux forceps qui sort vainqueur, des poursuivants qui trébuchent au mauvais moments, et Galan qui n’arrive pas à vaincre le signe indien malgré une volonté de fer. Il ne reste plus qu’une marche à gravir à l’ELPY pour remporter le championnat. En mauvaise posture, Galan a encore son destin en main avec, lors des quatres dernières journées, deux déplacements au Marquisat et au Plateau ainsi que la réception de Ger et d’Orleix II.